09/12/2011

Choix du lieu de vacances : les questions à se poser

094.jpg

Louer un logement, réserver une chambre d'hôtel, un gîte, une place de camping, un mobilhome... Quel que soit le type de location, son accessibilité est un élément fondamental pour la réussite de votre séjour.

 

La loi du 11 février 2005 oblige « les dispositions architecturales, les aménagements et équipements intérieurs et extérieurs des locaux d'habitation, qu'ils soient la propriété de personnes privées ou publiques, les établissements recevant du public, les installations ouvertes au public et les lieux de travail » à être accessibles à tous « notamment aux personnes handicapées, quel que soit le type de handicap, notamment physique, sensoriel, cognitif, mental ou psychique » (Chap. III, art. 41, art. L. 111-7).

 

Certes, une amélioration est attendue mais les personnes en situation de handicap devront être patientes car le texte de loi précise que les établissements recevant du public, selon leur type et leur catégorie, « devront répondre à ces exigences dans un délai fixé par décret en Conseil d'État [...] sans excéder dix ans » (Chap. III, art. 41, art. L. 111-7-3), c'est-à-dire en 2015. Date à laquelle la cité devrait donc être rendue accessible. En attendant, partez en vacances mais soyez vigilant(e) !

 

Poser les bonnes questions


Avant de louer, interrogez le loueur à propos de l'accessibilité du lieu d'hébergement et de son environnement. Car, si toutes les parties ne sont pas accessibles, vous pourrez prendre les dispositions adéquates. Demandez-lui à cette occasion si un aménagement temporaire (fauteuil de douche, rampe amovible, ôter une porte...) peut être envisagé. Voici l'essentiel des questions et points à aborder avant de louer:

 

 

04/10/2011

Transports : en train

087.jpg

La SNCF a considérablement amélioré sa communication et son accueil à l'égard de la clientèle présentant un handicap. Elle a décidé d'investir 500 millions d'euros sur 10 ans pour rendre les gares et les trains accessibles ; mettre en conformité les installations en coopération avec Réseau ferré de France, propriétaire des voies et des quais : mettre en place des services adaptés ; et former les agents en contact avec les clients en situation de handicap.

 

    18:05 Publié dans Train | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : apf, handicap, vacances

    En train : modalités de voyage

    Quelques points d'importance

     

    • Le voyageur handicapé bénéficie, pour lui-même, des avantages tarifaires que la SNCF propose à l'ensemble de ses voyageurs. Cependant, il peut bénéficier d'avantages spécifiques pour son accompagnateur (demi‑tarif ou gratuité) s'il lui est reconnu un taux d'incapacité d'au moins 80 %. La gratuité pour l'accompagnateur ne dispense pas du paiement de la réservation de la place assise dans les trains soumis à une réservation obligatoire.

     

    • Voyageur en fauteuil roulant, la SNCF vous propose de voyager en première classe pour le prix d'une place de seconde. Logique : l'emplacement prévu pour le fauteuil roulant et les toilettes aménagées se trouvent en première. Il n'existe de plus qu'une place de ce type par rame (sauf dans certains nouveaux trains comme ceux qui circulent sur le TGV Est). Mieux vaut réserver sa place très à l'avance, en particulier lors des grands départs.

    Lire la suite

    18:00 Publié dans Train | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : apf, handicap, vacances

    Transports : en voiture

    La France offre un vaste choix de réseaux routiers :autoroutes, routes nationales, départementales ou communales. Les prestations qui y sont offertes et qui peuvent faciliter le voyage sont sans doute un des critères de choix.

     

     

    Gilet et triangle obligatoires


    Depuis le 1er octobre 2008, vous devez avoir dans votre véhicule un gilet de sécurité fluorescent (avec marquage CE, rangé dans l'habitacle) et un triangle de pré-signalisation homologué. En cas de non-respect, vous serez passible d'une amende forfaitaire de 135 €.


    >> Les autoroutes

    Fotolia_4365263_M.jpg


    • La plupart des stations-service offrent de nombreuses facilités : places de parking, toilettes adaptées, machine à café surbaissée...
    • Les aires de repos sont également de plus en plus équipées de toilettes aménagées dont le signalement est visible à l'extérieur.
    • Dans bon nombre de stations-service, il faut demander la clé à la caisse pour accéder aux toilettes accessibles qui servent encore - hélas ! - de placard à balais, à la propreté douteuse.
    • Dans toutes les stations-service, vous pouvez demander à être servi(e) par un pompiste.
    • L'Asfa (Association des sociétés françaises d'autoroute et d'ouvrage à péage) a publié en avril 2007 la dernière édition du Guide des services accessibles. À demander gratuitement sur le site de l'Asfa.

     

    >> Le réseau routier


    Il offre moins de facilités visibles. Les toilettes demeurent le point noir : les restaurants, on le sait, sont rarement pourvus de toilettes accessibles.

     

    >> Voyager en Europe


    Un permis de conduire français permet-il de conduire en Grande-Bretagne ? Le gilet de sécurité est-il obligatoire en Espagne ? Faut-il allumer ses feux le jour en Italie ?


    La Prévention routière édite, pour chaque destination, une fiche détaillée et fait le point sur les règles et pratiques de conduite en vigueur dans le pays : limitations de vitesse, alcoolémie, usage du téléphone portable au volant, port de la ceinture de sécurité, équipements obligatoires…

     

    17:58 Publié dans Voiture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : apf, handicap, vacances

    Transports : en avion

    Prendre un avion ne pose la plupart du temps pas de problème aux personnes handicapées. Mais il est important de bien se préparer afin d'éviter tout désagrément.

     

    Avion.jpg

    Conseil


    En vol, les variations de pression peuvent occasionner des ballonnements et des gonflements désagréables. Pour un meilleur confort, évitez les boissons gazeuses, les vêtements et les chaussures trop serrés. Les pharmacies délivrent des médicaments de confort très efficaces. Vous pouvez également porter des chaussettes de contention.

     

     

    Le règlement européen de juin 2006, adopté par le Conseil des ministres des transports de l'Union européenne, est totalement entré en vigueur depuis le 26 juillet 2008. Il s'applique dans tous les pays de l'Union européenne (UE), en Norvège et en Islande. Cliquez ici pour en consulter les principaux points.

     

       

      17:58 Publié dans Avion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : apf, handicap, vacances

      Transports : en bateau

      Pour vous rendre en Corse, en Sardaigne, en Grande-Bretagne, en Irlande ou dans les pays du Maghreb, pourquoi ne pas prendre le bateau ? L'occasion d'allier le charme du voyage sur l'eau au côté pratique : sur les gros porteurs, comme les Ferries, vous pourrez en effet embarquer votre véhicule. À éviter uniquement en cas de mal de mer !

       

      • Les dispositifs d'accueil mis en place par les compagnies pour la clientèle handicapée sont disparates. Il n'existe pas encore de règles d'accessibilité applicables à l'ensemble des matériels flottants hormis celles concernant le bâti, c'est-à-dire les gares d'embarquement et de débarquement. De plus, l'accessibilité à bord, pour un passager en fauteuil roulant, varie considérablement selon la taille du  bateau.

       

      • Pour connaître les facilités existantes, vous devrez donc contacter chaque compagnie. Notez que plusieurs d'entre elles affichent, sur leur site Internet, des informations, plus ou moins complètes et détaillées, à l'égard des passagers à mobilité réduite. Certaines compagnies (anglaises le plus souvent) stipulent clairement les procédures que doivent suivre ces passagers et les équipements  accessibles disponibles, à terre comme à bord.

       

      • Quasiment toutes les compagnies demandent que le passager à mobilité réduite indique son handicap et ses besoins lors de l'achat de son billet. En général, vous embarquerez avant les autres, que vous voyagiez avec votre véhicule ou non.

       

      • Si vous voyagez avec votre véhicule, un autocollant pourra être apposé sur le pare-brise ou l'allumage des feux de détresse afin de pouvoir le repérer lors des procédures d'embarquement. Le véhicule est en général placé à proximité des ascenseurs. Les emplacements en cale étant extrêmement étroits, il faut impérativement signaler votre handicap à l'avance, surtout si vous êtes en  fauteuil : si la voiture n'est pas correctement stationnée, il peut s'avérer très difficile d'en sortir.

       

       

      17:57 Publié dans Bateau | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : apf, handicap, vacances

      En voiture: conseils pratiques

      Voiture.jpg

       

       

      Faire le plein d'essence : pas si facile !

       

      Faire le plein lorsqu'on voyage seul ou avec ses enfants et qu'on éprouve d'importantes difficultés à se déplacer est un exercice compliqué. Sur les autoroutes, certaines enseignes proposent des bips censés faire venir un agent. Ces solutions s'apparentent à un gadget : les bips  fonctionnent mal, les agents sont rarement au courant et les différentes enseignes ne possèdent pas le même appareil. Reste à demander  simplement de l'aide. Elle n'est, en général, pas refusée.


      Avant de vous faire servir, vérifiez comment le règlement peut être effectué. Il est en effet devenu difficile de payer par chèque et le lecteur de carte bancaire peut rarement être déplacé jusqu'à la voiture. Prévoyez donc suffisamment d'argent liquide !

       

      Des informations et conseils pratiques complètent ces données réglementaires : le numéro d'urgence à composer en cas d'accident, la gratuité ou non des autoroutes...

       

      Lire la suite

      Règlement CE n°1107/2006 : aviation civile et handicap

      • le règlement s'applique aux personnes handicapées et à mobilité réduite (PHMR) utilisant des vols commerciaux (réguliers et non  réguliers) au départ, à l'arrivée ou en transit dans un aéroport situé dans l'Union européenne, la Norvège et l'Islande, quelle que soit la  nationalité du transporteur ;

       

      • les gestionnaires des aéroports doivent offrir une assistance aux personnes handicapées de leur arrivée au terminal à l'embarquement, même si elles ne se sont pas signalées (il est toutefois vivement recommandé de le faire au moins 48h à l'avance ou en réservant son billet) ;

       

      • la prévention de refus de transport, les dérogations, les conditions spéciales et l'information ainsi que l'assistance de la part des transporteurs aériens, s'appliquent également aux PHMR partant des États tiers à l'UE, à la Norvège et à l'Islande lorsque leur vol a pour destination l'UE, la Norvège et l'Islande, si la compagnie aérienne est communautaire ;

       

      • un transporteur, son agent ou un organisateur de voyages ne peut opposer un refus de réservation ou d'embarquement (si la  personne dispose d'un billet et d'une réservation valables) à des personnes handicapées, sauf pour des raisons de sécurité qui  doivent être motivées immédiatement. Sur demande, le transporteur, son agent ou l'organisateur de voyages doit communiquer les motifs d'un refus, par écrit, dans les cinq jours ouvrables qui suivent la demande ;

       

      • si une réservation n'est pas acceptée, pour respecter les exigences de sécurité ou en raison du type d'aéronef, une solution acceptable doit, dans la mesure du possible, être proposée. Un accompagnateur capable de fournir une assistance peut être exigé ;

       

      • il n'est pas prévu d'indemnisation des passagers, sauf en matière de perte ou de dégradation des équipements de mobilité et d'assistance ;

       

      • les transporteurs, leurs agents et les organisateurs de voyages doivent mettre à disposition du public, sous des formes accessibles, les règles de sécurité appliquées et les éventuelles restrictions de transport ;

       

      • le coût de l'assistance en escale est réparti sur l'ensemble des passagers (le gestionnaire d'aéroport peut percevoir une redevance auprès des transporteurs) ;

       

      • les gestionnaires d'aéroports doivent déterminer des normes minimales de qualité dans les aéroports dont le trafic annuel est supérieur à 150 000 passagers, et les publier ;

       

      • les personnels des compagnies aériennes et des aéroports en contact avec des personnes à mobilité réduite doivent être formés ;

       

      • les plaintes concernant la non-application ou une mauvaise application de ce règlement doivent, selon le cas, être adressées auprès
        de l'entité gestionnaire de l'aéroport ou du transporteur aérien concerné ;

       

      • si cette démarche n'aboutit pas, les plaintes concernant les transporteurs aériens et les entités gestionnaires d'aéroport pourront être déposées auprès de la Direction générale de l'aviation civile (Direction du transport aérien - Mission du droit des passagers - Bureau des passagers aériens (MDP/P2) - 50, rue Henry Farman, 75720 Paris cedex 15), et celles relatives aux organisateurs de voyages  auprès de la Direction du tourisme (23, place de Catalogne - 75014 Paris) ;

       

      • les acteurs qui ne respecteraient pas ce règlement sont passibles de sanctions.

       

      • le transport du fauteuil roulant manuel ou électrique est gratuit ;

       

      • lors de l'enregistrement des bagages, vérifiez que l'aide demandée au préalable a été prise en compte, notamment si vous avez besoin d'une chaise de transfert pour monter dans l'avion et/ou si vous avez demandé une chaise de bord pour vous déplacer entre les rangées étroites d'un vol moyen ou long courrier ;

       

      • enregistrez votre fauteuil roulant en même temps que vos bagages. Une étiquette spécifique lui sera apposée. Cela vous permettra, en cas de perte ou de dégradation, de faire plus facilement une réclamation. Pour cela, munissez-vous des poids et dimensions de votre fauteuil roulant (longueur/largeur/hauteur) ;

       

      • dans le cas de maladie grave ou d'accident, après une opération, lorsqu'il y a besoin d'une civière ou d'oxygène, ou lorsque l'état de santé oblige le voyageur à être accompagné, certaines compagnies exigent de leurs passagers en situation de handicap qu'ils remplissent le formulaire Incad (Incapacited Passengers handling advice). Ce formulaire doit être rempli par le médecin traitant. Les voyageurs qui utilisent fréquemment l'avion peuvent demander la carte Fremec (Frequent Traveller medical), valable sur toutes les  compagnies aériennes Iata (International Air Transport association), ou la carte Saphir, utilisable exclusivement sur Air France. Elles sont délivrées par les services médicaux des compagnies;

       

      Attention : certains voyages particuliers, comme le transport en civière, ont une tarification spéciale. Renseignez-vous auprès de la compagnie aérienne.


      • en salle d'embarquement, lors de l'attente, les services d'assistance (y compris les services de sûreté) ne peuvent obliger une personne en fauteuil roulant manuel à s'asseoir sur un fauteuil d'aéroport afin de procéder au chargement en soute du fauteuil personnel. Cependant, les fauteuils électriques, en raison de leur poids, doivent parfois être chargés en soute en avance. De plus, dans tous les cas en salle d'attente, les services ne doivent jamais proposer de « fauteuil de bord » (conçu uniquement pour circuler entre les rangées étroites des avions) car celui-ci prive d'autonomie et ne permet pas d'être assis en sécurité, mais un fauteuil standard;

       

      • au moment d'embarquer, lorsque vous quittez votre fauteuil manuel ou électrique, prenez en cabine, avec vous, toutes les pièces détachables et fragiles (accoudoirs, coussins, pochettes, palettes...) pour éviter qu'elles ne soient perdues ou endommagées ;

       

      • sur les vols moyen ou long courrier, les avions peuvent avoir des toilettes adaptées et disposer d'un siège de bord conçu pour circuler entre les rangées (à demander à l'avance). En vol, le personnel doit vous conduire aux toilettes ; en revanche, il n'est pas habilité à vous aider à l'intérieur de celles-ci, ni pour votre transfert ;

       

      • lorsqu'un passager est dans l'incapacité d'attacher ou de détacher seul sa ceinture, de mettre son masque à oxygène ou son gilet de sauvetage, de comprendre les consignes de sécurité, de prendre son repas seul ou de se débrouiller seul à l'intérieur des toilettes, la compagnie peut exiger la présence d'un accompagnateur pendant le voyage ;

       

      • des compagnies accordent des réductions au voyageur et à son accompagnateur sous certaines conditions. Renseignez-vous auprès de chacune d'entre elles ;

       

      • certaines aérogares proposent des réductions sur le tarif des parkings aux porteurs de carte d'invalidité. Renseignez‑vous avant de payer ;

       

      • la plupart des aérogares ont une aire de dépose rapide ainsi que des places de stationnement longue durée spécifiques signalées par le logo fauteuil roulant et des bornes d'appel téléphonique pour demander de l'assistance ;

       

      • pour connaître l'accessibilité des aéroports français, consultez www.aeroport.fr, rubrique "Rechercher un aéroport". Bon nombre de sites Internet d'aéroports donnent des informations pour les voyageurs à mobilité réduite, mais elles sont rarement très précises ;

       

      • suite à plusieurs accidents aériens survenus sur des vols opérés par des compagnies "douteuses", la Commission européenne a adopté, le 22 mars 2006, une liste des transporteurs aériens interdits dans l'Union européenne. Elle recense également ceux soumis à des restrictions d'exploitation. Ces listes, actualisées régulièrement, sont consultables sur www.aviation-civile.gouv.fr

      En voiture : louer son véhicule

      Pas facile de louer une voiture aménagée lorsqu'on est un conducteur handicapé ou que l'on souhaite transporter une personne dans son fauteuil roulant. En France, les grands loueurs ont pratiquement tous délaissé la clientèle à mobilité réduite. Mais quelques sociétés  s'intéressent toutefois à cette "niche" commerciale. À l'étranger, ce sont surtout les pays anglo-saxons (Grande-Bretagne, Canada, USA) qui proposent ce type de prestations.

      Lire la suite

      17:10 Publié dans Voiture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : apf, handicap, vacances

      En avion : voyages à petits prix

      Les voyages peu chers ou "low cost" (terminologie anglo-saxonne fréquemment employée) ont le vent en poupe. Mais sans précautions, en particulier pour les personnes handicapées, ces bons plans peuvent s'avérer être... de bien mauvais plans.


      Le "low cost", qu'est-ce que c'est ?

       

      Tout commence en 1991. Ryanair, compagnie irlandaise, décide d'exploiter des lignes à bas coûts entre Dublin et Londres. La ligne fait vite concurrence à British Airways. Puis, à partir de 1997, la déréglementation du transport aérien, décidée par la Commission européenne, met
      fin au monopole des compagnies aériennes nationales et ouvre la porte à la concurrence. Des vendeurs à bas prix commencent à fleurir, soutenus par l'arrivée d'Internet.


      Aujourd'hui, les compagnies aériennes à bas coûts ont pignon sur rue. De leur côté, les transporteurs traditionnels ont réagi en créant, à leur tour, leur propre filiale "low cost". Et les discounters du ciel ont fait des émules dans d'autres domaines commerciaux, location de voiture et hôtellerie en tête.

      Lire la suite

      16:51 Publié dans Avion, Bons plans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : apf, handicap, vacances